Plaidoyer pour l'officialisation d'une langue européenne officielle

Drapeau EuropéenOn parle pas mal de l'Europe en ce moment, notamment à cause des histoires économiques et sociales qui se passent en Grêce et en Espagne.

Rappelons, qu'à l'origine, l'Europe a été instituée pour nous permettre, à nous citoyens européens, de mieux vivre ensemble, et si possible, sous un climat de paix.

Dans cette optique, j'essaye de trouver des idées qui pourraient nous permettre de poursuivre cette recherche d'entente cordiale entre nos peuples aux cultures différentes.

L'une des idées qui me semble interessante à explorer serait l'officialisation d'une langue Européenne.

D'où m'est venue cette idée de langue Européenne.

J'ai la chance de travailler dans un metier qui me fait rencontrer des personnes issues de différents pays, principalement des pays germanophones tels que l'Allemagne ou la Suisse, mais aussi des pays bas, de la belgique et d'autres pays européens.

Comme je travail sur Internet, les rencontres internationales liées à notre outils de travail se font en anglais.

Aussi étonnamment que celà puisse paraitre, et malgré le fait que je soit situé à une vingtaine de kilomêtre de la frontière allemande, j'ai plus de facilités à communiquer avec un allemand en utilisant l'anglais qu'en lui parlant dans sa langue natale.

Partant de ce constat, je me suis dit qu'il serait peut être interessant d'officialiser la langue anglaise en tant que langue européenne officielle.

Pourquoi utiliser l'anglais en tant que langue Européenne ?

Le problème avec l'apprantissage des langues étrangères, est que chacun souhaite en apprendre une selon son ressenti, ou selon l'importance que les professeurs ou directeurs d'établissements scolaire leur donnent.

Je me souvient que mon école primaire valorisait totalement la langue allemande au primaire. Je vous invite à relire la section ci-dessus, malgré 11 années d'apprentissage de la langue allemande, je ne peux pas m'en servir pour communiquer efficacement avec des germanophones alors que l'anglais lui ne me pose aucun problème dans cette tâche. Vouloir enseigner une autre langue que l'anglais en "première langue" me semble une erreur fondamentale compte tenu de la situation actuelle.

L'anglais s'est imposé en tant que langue de business à l'échelon international. Même si l'on peut considérer que le chinois ou l'arabe pourraient devenir assez important dans le monde des affaires internationales, je pense qu'avec l'avènement des technologiques numériques et d'Internet notamment, l'anglais va poursuivre son expansion.

La majorité des systèmes d'exploitations des ordinateurs ainsi que des langages de programmation s'effectuent initialement en anglais. De ce fait, les échanges internationaux autour de ces sujets s'effectuent souvent dans cette langue.

A l'heure actuelle, combien de personne, encore, n'utilisent aucun système informatique ? ils sont tous basés sur des systèmes majoritairement écrit en anglais.

Comment structurer les langues et les cultures européennes.

Le problème avec l'officialisation d'une langue Européenne est qu'il ne faudrait pas que celle ci empèche aux cultures locales de se faire entendre.

L'un des risques avec l'usage d'une langue unique serait de faire disparaitre les cultures nationales et régionales au profit d'une seule langue "universelle".

Voila comment j'imagine la chose :

La langue nationale pour langue "par défaut".

La première et langue principale du citoyen européen est sa langue nationale. Celle inculquée par ses parents à sa naissance.

Il s'agit aussi de la langue utilisée par défaut dans les services publiques du pays en question.

L'anglais impérativement dans les services publiques et dès le plus jeune age.

Dans les services européens, c'est à dire un service que l'on souhaite avoir dans un autre pays que le sien, celui ci doit pouvoir s'effectuer impérativement dans la langue européenne officielle (soit l'anglais). Cela evitera d'avoir recours à des interprête garantissant que tout citoyens européens doit pouvoir accéder au services publiques dans sa langue natale, car ce point me semble totalement irréalisable à tous les niveau des services publiques.

Couplé à la langue nationale, il faut imposer un apprentissage de la langue européenne officielle, dès le plus jeune age. Très certainement dès la maternelle.

En ayant des activités bilingues dès le plus jeune age, le futur citoyen apprendra à pouvoir communiquer avec ses pairs situés au dela de ses frontière, et sera aussi armé pour affronter une situation internationale de plus en plus active.

En quelques générations, nous arriverons alors à un stade ou langue nationale et langue européenne seront 2 langues maternelles.

Une langue régionale pour vivre localement.

Pour répondre au risque d'étiolement des cultures locales induit par la création d'une langue Europénne officielle, je pense qu'il faut favoriser l'essor des langues régionales et ce pour deux raisons.

La première est que ces langues régionales, font intégralement parti de notre culture et de notre histoire (tout simplement).

La seconde est que les langues régionales, bien souvent, ne sont pas arrétées par les frontières arbitraires qui ont été tracées entre les pays.

Si je prends l'exemple de l'alsacien. Il s'agit d'une langue germanique. Un alsacien, meme s'il ne parle pas l'allemand, ou l'anglais, pourra vraisemblablement se faire comprendre au dela de la frontière entre la france et l'allemagne.

En parlant sa langue locale, l'alsacien voit sa zone d'activité étendue à une géographie plus large que sa simple région.

De la même manière, un basque pourra facilement agir dans sa région, mais aussi au nord de l'espagne.

Bilan de l'utilisation de ces 3 langues

Si je tire un bilan rapide de cet idée, nous arrivons au schéma suivant.

L'anglais permet au citoyen européen de communiquer de manière universelle avec tous les membres de l'union européenne et plus encore.

La langue nationale, permet au citoyen européen de vivre dans son pays sans contraintes. Il conserve sa culture nationale.

La langue rétgionale ancre le citoyen européen dans son histoire et le lie à ses ancêtre, en outre il profite d'une communication facilitée avec ses voisins directs possiblement sans avoir recours à la langue officielle.

Viper jeudi 31 mai 2012 : 13:21 News

Liberté d'expression :

Gravatar de cleanettte@hotmail.com

Par cleanettte, jeudi 31 mai 2012 à 15:24

Comme souvent j'ai des critiques à formuler, mais je tiens d'abord à souligner que si je suis toujours là, c'est que j'aime bien tes cogitations et que je les trouves pertinentes.
Donc premier bémol: c'est quoi une langue régionale? Il faut quand même noter qu'une majorité de français ne parlent pas un mot de langue régionale. Selon moi c'est déjà bien suffisant de devoir gérer les accents quand on passe d'une région à l'autre sans carrément avoir à gérer une autre langue.
Je trouve bien plus utile quand à faire de connaitre 3 langues d'apprendre une 2ème langue étrangère en plus de l'anglais plutôt qu'une langue locale.
Si je suis à ce point sceptique sur les langues régionales c'est surement parce que j'ai changé de région 5 fois dans mon enfance, et que si j'ai la chance d'avoir passer pour l'instant toute ma vie d'adulte dans la même région et qu'il s'agit de la région de mon mari, ce n'est pas le cas de mes frères et soeurs qui ont tous été parachutés dans des villes et régions qui leurs étaient inconnues.
Du coups de par mon expérience de mobilité au sein de la France, je perçois les langues régionales bien plus comme un handicap qu'un avantage. Si les langues régionales avaient eu cours dans mon enfance, j'aurais été sans doute bien moins facilement intégrée, et je me serais sentie plus déracinée à chaque fois.

Après il est évident que l'anglais est la langue refuge pour communiquer avec quelqu'un qui ne parle pas notre langue. Cela s'est effectivement imposé de fait.Je communique tous les jours en anglais avec des Italiens et je regrette que mon collègue anglais ai tant de mal à se faire comprendre de tout ceux qui ne parlent que français. Mais je trouve fort sympathique que le Français soit presque autant et aussi bien étudié en Italie que l'anglais ce qui nous permet au sein de notre entreprise Franco-Italienne de communiquer aussi facilement en français avec certains Italiens.
De mon expérience même quand la langue est assez bien maîtrise de part et d'autres on communique généralement de façon plus clair, plus évidente et plus précise quand on n'utilise pas une langue intermédiaire.

Il en serait peut-être différemment si l'anglais pouvait devenir comme une seconde langue maternelle pour tous les européens, mais pour ça il va falloir attendre encore quelques générations.

Gravatar de luc.muller@gmail.com

Par Luc, jeudi 31 mai 2012 à 20:28

@cleanettte : Sur la question de la langue nationale je met un bémol.
Il n'est pas question d'imposer son apprentissage mais uniquement de l'inciter. De mon point de vue cela n'a pas sa place à l'école, mais plutôt dans le cadre familiale / activité. Uniquement pour que ce soit "un plus".

Dans tous les cas, en cas de mobilité, si tu t'installe dans une nouvelle région, tu auras TOUJOURS la langue nationale qui reste la langue officielle du pays. si tu t'installe à "l'étranger" dans ce cas tu peux t'exprimer en anglais sans problème.

"De mon expérience même quand la langue est assez bien maîtrise de part et d'autres on communique généralement de façon plus clair, plus évidente et plus précise quand on n'utilise pas une langue intermédiaire."
=> sauf que dans mon idée, l'anglais ne dois plus être qu'une langue "Intermédiaire", mais une langue à part entière ;)

Par contre, il est clair que si une telle chose doit se mettre en place, cela prendra plusieurs générations, d'un autre coté, peut être qu'un tel processus s'initiera de lui même aussi sans qu'il soit "imposé".

Gravatar de amandine_pillet@yahoo.fr

Par Amandine, jeudi 31 mai 2012 à 21:23

Ahem.... Bon, ben mon avis à moi. C'est qu'au final, nos langues nationales disparaîtrons.
Au bout de tes 5 générations...

Il n'en a même pas fallut 5 pour que nos langues régionales disparaissent...

Après d'un point de vu égoïste, j'avoue que ça ne me travaille absolument pas.
Je ne me sens pas du tout Européenne. Les rares fois ou je traverse les frontières françaises c'est soit pour les courses, soit pour voyager. En vacances, je suis en vacances, je me dépatouille, c'est bien le but du dépaysement et du pays "étranger".

Dans mon métier je n'ai absolument pas d'occasions de parler une langue étrangère, et je pense que c'est pour la majorité des Français comme ça.

Donc au final, le fait qu'on apprenne mieux l'anglais dans les filiales où les hommes doivent communiquer à l'échelle internationale me semble être plus judicieux.

Gravatar de luc.muller@gmail.com

Par Luc, jeudi 31 mai 2012 à 21:56

"Après d'un point de vu égoïste, j'avoue que ça ne me travaille absolument pas.
Je ne me sens pas du tout Européenne. Les rares fois ou je traverse les frontières françaises c'est soit pour les courses"
=> alors là, je ne te comprends vraiment pas... tu vas faire tes courses en Allemagne, et tu ne te sent pas Européenne ?!? Mais, est ce que seulement tu irait faire tes courses en Allemagne si tu devait systématiquement t’arrêter à la douane, montrer tes papiers, changer de monnaie...
S'il y a bien une bonne raison d'apprécier l'Europe c'est pour cette liberté de circulation...

"Bon, ben mon avis à moi. C'est qu'au final, nos langues nationales disparaîtrons."
=> Est ce vraiment un mal ? que vaut il mieux ? que l'on préserve notre langue ou que l'on puisse mieux communiquer entre les Hommes ?
J'y reviendrait peut être dans un prochain article, mais peut être que justement la solution serait d'abandonner la "nation" et de ne conserver que les notions d'Europe et de Région.
Cela dit c'est un tout autre débat.

Il n'en a même pas fallut 5 pour que nos langues régionales disparaissent...
=> bah franchement, moi j'entends super souvent parler Alsacien par exemple, ma copine est clairement à bilingue à ce sujet. donc non clairement les langues régionales ne sont pas du tout morte. et après, c'est aussi a chacun de savoir les faire vivre.
Y a des jours au je me dit que j'aurai du être un peu moins con quand j'étais môme quand j'ai dit que je n'avais pas envie d'apprendre l'alsacien...

Gravatar de amandine_pillet@yahoo.fr

Par Amandine, jeudi 31 mai 2012 à 22:40

Oui moi aussi je regrette de ne pas le connaitre. Mais bon, l'Alsacien c'est perdu pour bcp de gens quand même, et toute une culture (que je trouve personnellement passionnante) avec.

A choisir j'aurai préféré apprendre l'histoire de ma région et sa langue, plutôt que l'anglais qui ne me sert tellement a rien que je ne suis meme pas capable d'en faire une phrase correct.

Et pour répondre a la question des courses, non je les ferai en France et ça serai comme ça, point. Je ferai vivre un peu plus l'economie de ma Region...

Ouulllaaa, vla que je vire hyper regionaliste moi j'ai l'impression....

:p

Gravatar de luc.muller@gmail.com

Par Luc, jeudi 31 mai 2012 à 23:01

"A choisir j'aurai préféré apprendre l'histoire de ma région et sa langue, plutôt que l'anglais qui ne me sert tellement a rien que je ne suis meme pas capable d'en faire une phrase correct."
=> ben euh... excuse moi mais...
1) a quoi te servirai dans ta vie de tous les jours d'avoir appris (a l'école j'entends) la culture régionale ?
2) sinon, t'attends quoi pour t'y mettre justement si c'est important...

Quelque part, c'est un processus naturel... si personne ne s'y intéresse, la culture meurt et laisse place a une nouvelle... mais qui s'en plaindra, si de toute façon l'ancienne n’intéressait personne ?

La société, la culture, ce n'est que la somme des Hommes qui la composent, libre à chacun de la faire perdurer, d'en créer de nouvelle ou de tenter de mixer les deux...

Gravatar de fr.lh@laposte.net

Par Flash, mardi 12 juin 2012 à 20:32

Tombant sur votre site via une recherche sur la synchronisation Outlook / Google, je souhaite faire 2 remarques.

1) J'adhère à l'idée d'instituer une langue européenne. Par contre, je n'adhère pas du tout à l'idée de choisir pour langue vernaculaire l'anglais.
Les linguistes ont montré qu'une langue est inséparable de la culture dans laquelle elle s'est développée. Une langue ce n'est pas seulement un outil de communication, c'est aussi un façon de voir le monde, une façon de réfléchir. Moi qui suis français et qui vit en Belgique, j'en fait l'expérience tous les jours.
Il serait donc tout à fait contradictoire, et même déplacé, de donner la préséance à une des ces façons de voir le monde plutôt qu'à une autre dans la construction d'une entité politique européenne.
Et le choix de l'anglais serait d'autant plus déplacé que la Grande-Bretagne est l'Etat-Membre de l'Union qui souhaite le moins une construction politique (polis : comment on vit ensemble).

Aujourd'hui, les linguistes sont parfaitement capables d'élaborer une langue vernaculaire qui soit une synthèse des langues européennes (et donc qui n'impose pas la vision du monde d'un des peuples européens). Il y a d'ailleurs des précédents et des leçons très profitables à tirer d'expériences de ce type (l'Esperanto, par exemple).

Encore faudrait-il que ceux qui pilotent la construction européenne le veuillent. A cet égard, nous nous faisons malheureusement de très profondes illusions sur la nature de la construction européenne. Il est de première importance de s'intéresser à l'Histoire.
Un point de départ intéressant :
- http://www.u-p-r.fr/wp-content/uploads/2011/02/UPR-DOSSIER-DE-FOND-LA-FACE-CACHEE-DE-ROBERT-SCHUMAN-f%C3%A9vrier-2011.pdf
- http://www.dailymotion.com/video/x6s90y_europe-mythe-et-realites_news?start=10

Gravatar de luc.muller@gmail.com

Par Luc, mardi 12 juin 2012 à 21:28

Merci pour ce commentaire instructif.
Cela rejoint des discussions que j'ai eue dernièrement.

A vrai dire, je ne suis pas linguiste, ni historien. je n'ai écrit ce point de vue qu'a partir de mon ressenti personnel sur l'usage que je fait de l'anglais au sein de l'espace Européen.

Il faut effectivement peser les pour et les contres.

Un point notamment que l'on m'a fait remarquer et qui m'a fait tiquer est le fait qu'officialiser l'anglais comme langue européenne n'est pas forcément nécessaire, car l'anglais s'impose déjà de fait comme une langue internationale.

à partir de là, à quoi bon légiférer, autant simplement œuvrer à la non disparitions des langues nationales et régionales.

Gravatar de christine54@live.com

Par Christine, jeudi 21 juin 2012 à 15:50

N'était-ce pas le projet de l'esperanto?

Flux RSS des commentaires

Donner son avis

les indications suivies d'un * sont obligatoires

Filtre anti-spam

Votre IP est : 3.84.182.112.
En cliquant sur poster, vous acceptez qu'elle soit enregistrée et vous engagez à ce que votre commentaire respecte la législation en vigueur.
Je supprimerai tout commentaire hors de propos.

Se souvenir de mes informations