Reflets.info, Amesys, les lybiens sont dans un bateau (de réfugiés ? (du net ?))

Je revient d'un week end en famille dans le nord... comble de chance, le temps était de la partie, se prétant à refaire le monde accompagné de quelques grillades et d'un peu de bon vin.

Si vous faisiez parti des convives, vous pouvez zapper la partie de remise en situation

Le genre d'après midi qui prête à la discussion, et comme dans la famille, je suis le mec qui bosse avec des ordinateurs, forcément, quand je lance des discussions, ça touche des points qui me tiennent à coeur.

Et forcément, allons y que l'on me lance sur les sujets de ce qu'il se passe actuellement sur le net, que la situation est vraiment tendue... pas vraiment pour nous, mais pour les autres, un peu au sud... des mots sont lancés, des idées, aussi... certains reviennent... "reflets.info, je vous le dit, reflets.info, c'est le site à suivre en ce moment", "non mais sérieusement, les lybiens, qui c'est qui leur à vendu leur techno de filtrage aux lybiens ?" "oui monsieur, les Français" etc etc etc... on à frollé le point godwin, par contre, la théorie du complot n'a pas échappé aux palabres.

D'un autre coté, pendant ce week end, on m'a aussi demandé, pourquoi je n'avais pas fait prof (ha ha ha), parce que j'avais une certaine faculté à bien expliquer les choses ;).

Fin de la remise en situation

Alors ce soir, je vais rapidement faire le point sur les différentes informations qui vous permettrons de comprendre ce qu'il se passe au niveau du net lybien, et qui sont les acteurs de la censure, mais aussi ce qui à fait la saga de cette dernière semaine.

Sérieusement, prenez les 30/45mn pour lires ces quelques articles, ça vaut le coup.

Tout commence le 31 mai 2011 Reflets.info nous présente un petit appareil qui permet de faire de la deep packet inspection (comprenez : qui permet d'espionner tout ce que vous faites sur internet)

Ce petit appareil, c'est le GLINT de la société Amesys

Les produits Amesys peuvent-ils raisonnablement se retrouver dans un QG libyen sans que Amesys ne soit au courant, et donc, sans que Bull, l’année suivante, le soit ? Si Bull l’est, le gouvernement français peut-il l’ignorer ?

et nous sommes maintenant le 31 août 2011

Le Wall Street Journal continue d'enqueter sur l'affaire mais surtout, les articles de reflets.info commencent à faire le tour de la toile (française du moins) il semblerait que les gens de chez Amesys ne pourront plus faire l'autruche et dire qu'ils n'étaient pas au courant.

Alors en ce jour de Sainte Amesys, nous vous proposons de regarder les logs de Reflets avec les visites des salariés de Bull et de Amesys. Oh, bien sûr, vu les détails techniques dans ces logs, l’admin d’Amesys a probablement les moyens de remonter, lui, à chacun des utilisateurs qui se trouvent dans ce fichier.

2 jours plus tard le 2 septembre 2011

On nous explique tranquillement, comment le gouvernement ne pouvais pas ne pas être au courant.

Celà s'explique en 3 points

  1. En france il est interdit de vendre et d'exporter des outils servant à espionner les gens
  2. Sauf pour certains type de produits (dont il est justement question ici)
  3. Qui nécéssitent une autorisation du gouvernement

Coucou, François, tu te souviens ? Un jour ou l’autre, tu as signé un papier dans un parapheur, contenant une autorisation pour qu’Amesys puisse vendre au colonel Kadhafi les moyens de surveiller sa population et pointer les opposants.

CQFD

Et le plus drole dans tous ça, c'est qu'a chaque fois ça se termine de la même manière... on se défile, et on dit... ha non, nous on a rien fait... on est gentil...

Vous vous souvenez au début, vous avez cliqué sur un lien et RIEN

Nous sommes maintenant le 4 septembre 2011 en pleine situation de crise chez Amesys (ça alors !) ils ont complètement déconnecté leur site, et se sont fendu d'un joli communiqué de presse (qui aurait certainement pu être écrit en novlangue) et dont reflet (encore et toujours) s'est permis de faire pour vous l'analyse de texte.

Voila à peu prêt la situation actuelle de l'implication de la France dans la censure du net lybien.

Bref... que dire de plus de ça ? se dire que nous possédons déjà chez nous, dans nos entreprises, des gens prêt à organiser une écoute généralisée de la population ? Vous allez encore dire que je vois des complots partout... mais non, rassurez vous, chez nous on n'a pas ce genre d'idées... dormez tranquillement ma brave dame.

Viper lundi 05 septembre 2011 : 23:31 Web Life

Liberté d'expression :

Pas encore de commentaires, soyez le premier à en déposer un !

Flux RSS des commentaires

Donner son avis

les indications suivies d'un * sont obligatoires

Filtre anti-spam

Votre IP est : 54.198.139.112.
En cliquant sur poster, vous acceptez qu'elle soit enregistrée et vous engagez à ce que votre commentaire respecte la législation en vigueur.
Je supprimerai tout commentaire hors de propos.

Se souvenir de mes informations